Page d'accueil

Restez branchés

  • Twitter
  • Discussion Twitter
  • YouTube
  • Flickr
  • Feeds
  • Enregistreur du BST

Grands titres

Rapports d'enquête

  • Collision avec un hauban de Canadian Helicopters Limited, Airbus Helicopters AS 350 BA (hélicoptère), C-GBPS, 5 nm à l’ouest-sud-ouest de Rigolet (Terre-Neuve-et-Labrador) le 30 juillet 2015

    Publié le

    Le 30 juillet 2015, un hélicoptère Airbus Helicopters AS 350 BA (immatriculé C-GBPS, numéro de série 1277) exploité par Canadian Helicopters Limited s’est rendu à une tour hertzienne en région éloignée, à environ 5 milles marins à l’ouest-sud-ouest de Rigolet (Terre-Neuve-et-Labrador), avec 1 pilote et 2 passagers à bord. Vers 16 h 9, heure avancée de l’Atlantique, l’hélicoptère a décollé depuis l’héliplate-forme au poste de la tour, et son rotor principal a heurté un hauban de tour. L’hélicoptère a percuté le relief et s’est immobilisé sur la partie supérieure de son flanc droit. Un passager a été mortellement blessé, le pilote a été grièvement blessé, et l’autre passager a été légèrement blessé. L’hélicoptère a été détruit. La radiobalise de repérage d’urgence de 406 MHz ne s’est pas déclenchée. Aucun incendie ne s’est déclaré après l’impact. L’accident est survenu en plein jour.

  • Déraillement en voie principale du train de marchandises A40541-05 du chemin de fer Canadien National au point milliaire 74,58, subdivision Margo, Clair (Saskatchewan), le 7 octobre 2014

    Publié le

    Le 7 octobre 2014 vers 11 h 35, heure normale du Centre, le train de marchandises A40541-05 du Chemin de fer Canadien National (CN) roulait vers l’ouest sur la subdivision Margo du CN quand 26 de ses wagons ont déraillé, dont 6 wagons-citernes chargés de marchandises dangereuses, au point milliaire 74,58, près de Clair (Saskatchewan). Deux des wagons, qui étaient chargés de distillats de pétrole (UN 1268), ont déversé leur produit, qui a pris feu par la suite. Par mesure de précaution, on a évacué une cinquantaine de résidents dans un rayon de 2 milles et fermé la route provinciale 5. La voie a été détruite sur quelque 650 pieds. Il n’y a eu aucun blessé.

  • Perte de puissance du moteur et atterrissage forcé d'un Beechcraft A36, C-GPDK à Osoyoos (Colombie-Britannique), le 7 juillet 2015

    Publié le

    Le 7 juillet 2015, vers 16 h 45, heure avancée du Pacifique, un pilote, seul à bord d’un aéronef privé Beechcraft A36 Bonanza (immatriculé C-GPDK, numéro de série E-1728) est parti de l’aéroport d’Oliver (Colombie-Britannique) à destination de l’aéroport de Boundary Bay (Colombie-Britannique). Environ 6 minutes après le décollage, l’aéronef a subi une perte de puissance du moteur, et le pilote a effectué un atterrissage forcé sur l’autoroute 97. L’aéronef a heurté un camion et un poteau électrique avant de s’immobiliser sur le bord de la route. Le pilote est parvenu à sortir de l’aéronef, mais a subi des brûlures graves. Un incendie après impact a détruit la majeure partie de l’aéronef. L’accident est survenu à 0,27 mille marin au nord-est de l’aéroport d’Osoyoos (Colombie-Britannique) à une élévation du sol de 1035 pieds au-dessus du niveau de la mer, durant les heures de jour. La radiobalise de repérage d’urgence n’a émis aucun signal.

  • Collision en vol entre W.M.K. Holdings Ltd. (s/n McMurray Aviation), Cessna 172P, C-GJSE et Cessna A185E, C-FAXO, 21 nm N.-E. de Fort McMurray (Alberta), le 21 juin 2015

    Publié le

    L'aéronef Cessna 172P (immatriculé C-GJSE, numéro de série 17274696) de W.M.K. Holdings Ltd. (ci-après appelée McMurray Aviation) effectuait un vol de formation de jour selon les règles de vol à vue dans la zone d'exercice située au nord-est de l'aéroport Fort McMurray (CYMM) (Alberta). Conformément à son plan de vol, un aéronef Cessna A185E sous immatriculation privée muni de flotteurs amphibies (immatriculé C-FAXO, numéro de série 18501737) en provenance du lac Lloyd (Saskatchewan) se dirigeait vers CYMM. À 19 h 17, heure avancée des Rocheuses, à environ 21 milles marins au nord-est de CYMM, les 2 aéronefs sont entrés en collision à 2800 pieds au-dessus du niveau de la mer (1300 pieds au-dessus du sol). Sous l'effet du choc, le flotteur gauche s'est détaché du C-FAXO et le droit s'est déplacé tout en restant fixé.

  • Risque de collision du train de voyageurs no 65 de VIA Rail Canada Inc. au point milliaire 304, subdivision de Kingston de GO Transit, Whitby (Ontario) le 25 octobre 2015

    Publié le

    Le 25 octobre 2015, le train de voyageurs nº 65 de VIA Rail Canada Inc. (VIA 65) roulait vers l'ouest, de Montréal (Québec) à Toronto (Ontario) sur la voie sud de la subdivision de Kingston, près de Whitby (Ontario). Vers 16 h 15, heure avancée de l'Est, le train VIA 65, qui roulait à environ 38 mi/h, a dépassé un drapeau rouge, et est entré à l'intérieur d'une zone de travaux exécutés par des travailleurs de la voie. Le train s'est arrêté à environ 500 pieds des travailleurs de la voie et d'une partie de leur équipement sur la voie. Personne n'a été blessé, il n'y a pas eu de déraillement, et la voie n'a pas été endommagée.

  • Désintégration en vol d'un Piper PA-32RT-300T, C-GDWA, parc provincial Rivière des Français (Ontario), le 17 mars 2015

    Publié le

    Le 17 mars 2015, à 15 h 9, heure avancée de l’Est, un Piper PA-32RT-300T privé (immatriculé C-GDWA, numéro de série 32R-7987047) avec 3 personnes à son bord a quitté Sudbury (Ontario) pour effectuer un vol selon les règles de vol aux instruments à destination de Winston Salem (Caroline du Nord). À une trentaine de milles marins au sud de l’aéroport de Sudbury et à une altitude de 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer (asl), le pilote a informé le centre de contrôle de la circulation aérienne qu’il y avait un problème et que l’aéronef retournait à Sudbury. Le centre de contrôle de la circulation aérienne a autorisé l’aéronef à voler à une altitude plus basse et a remarqué sur le radar qu’il tournait en descendant. Au cours de la descente, l’aéronef a disparu des écrans radar à 8900 pieds asl. Il est momentanément réapparu à 6300 pieds asl, puis à 3800 pieds asl, après quoi il n’y a plus eu d'autres contacts radar. Quelques instants plus tard, la radiobalise de repérage d’urgence de l’aéronef a émis un bref signal qui a été détecté par le système de satellites pour les recherches et le sauvetage Cospas-Sarsat. On a alors lancé des recherches afin de retrouver l’aéronef, et l’épave a été localisée le lendemain matin. L’aéronef s’était désintégré en vol et on a trouvé des débris jusqu’à 6500 pieds du lieu principal de l’écrasement.