Communiqué de presse

Un défaut préexistant est à l'origine de la rupture d'un pipeline survenue en janvier 2014 à Otterburne (Manitoba)

Winnipeg (Manitoba), le 28 juillet 2015 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié, aujourd'hui, son rapport d'enquête (P14H0011) portant sur la rupture d'un pipeline de TransCanada PipeLines Limited survenue le 25 janvier 2014. La canalisation 400-1, un pipeline de 30 pouces de diamètre transportant du gaz naturel, a subi une rupture et a pris feu au site de la vanne de canalisation principale 402 près d’Otterburne, au Manitoba. Le gaz s'en échappant a brûlé pendant environ 12 heures. Cinq résidences situées dans les environs immédiats ont été évacuées jusqu'à ce que l'incendie soit éteint.

L'enquête a permis de déterminer que la canalisation 400-1 a cédé en raison d'une rupture au niveau d'une fissure préexistante qui était demeurée stable pendant plus de 50 ans avant l'événement. Cette fissure s'était formée lors de la construction du pipeline, probablement en raison d'une procédure de soudage inappropriée et de la mauvaise qualité de la soudure. L'inspection de chaque soudure par radiographie n'était pas exigée au moment de la construction initiale du pipeline.

La fracture a été provoquée par des contraintes cumulatives exercées sur le pipeline, lesquelles étaient probablement attribuables à une combinaison de facteurs. Ces derniers comprennent, notamment, le support affaibli du sol dans le secteur en raison des activités de maintenance réalisées au fil des années, les températures froides records enregistrées cet hiver-là, les travaux exécutés peu avant l'événement sur le site du poste de sectionnement et aux alentours de celui-ci qui pourraient avoir causé un gel plus profond du sol, de même que la contraction thermique qui pourrait s'être produite lors du refroidissement du pipeline puisqu'il n'y avait eu aucun flux de gaz dans les 20 jours qui ont précédé l'événement.

À la suite de l'événement, l'Office national de l'énergie a demandé à TransCanada de réaliser plusieurs évaluations techniques le long de la canalisation 400-1. TransCanada a effectué de nombreux travaux d'excavation, d'inspection et de réparation le long de la canalisation 400-1 avant de la remettre en service. Une fois la canalisation remise en service, TransCanada a procédé à des inspections internes afin d'éliminer toute autre menace à l'intégrité du pipeline.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca