Enquête de sécurité du transport aérien A17O0243

Mise à jour : Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 9 juillet 2018.

Table des matiéres

Atterrissage dur

Jazz Aviation LP
Bombardier DHC-8-402 (C-GYJZ)
Aéroport Billy Bishop de Toronto (Ontario)

Voir le rapport final

L'événement

Le , un Bombardier DHC-8-402 exploité par Jazz Aviation LP effectuait le vol JZA7977 de l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal (Québec) à l'aéroport Billy Bishop du centre-ville de Toronto (Ontario) avec 4 membres d'équipage et 52 passagers à bord. Lors de l'atterrissage à Toronto en présence de rafales, l'avion a rebondi et est retombé fermement sur la piste. Ensuite, le témoin d'avertissement de l'enregistreur de données de vol s'est allumé, et l'avion a roulé jusqu'à la porte, de façon normale. L'équipage de conduite a fait une inspection visuelle de l'aéronef. Aucune anomalie n'ayant été détectée, il a été décidé qu'une inspection de maintenance après un atterrissage brutal n'était pas nécessaire.

Après le départ du vol de retour vers Montréal, l'équipage a demandé que l'aéronef soit inspecté à l'arrivée en raison de l'atterrissage brutal. Le personnel de maintenance a alors découvert des dommages au fuselage arrière droit et au train d'atterrissage principal droit. Le constructeur de l'aéronef mène une évaluation des dommages et dresse un plan de réparation de l'avion afin de le remettre en service. Aucune blessure ou pollution n'a été signalée.


Ressources pour les médias

Communiqués

2018-07-09

Rapport d’enquête : Atterrissage dur à l’aéroport Billy Bishop de Toronto (Ontario) en novembre 2017
Lire le communiqué de presse


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Brian Stokes s'est joint au BST en 2016 à titre d'enquêteur principal régional de la Direction des enquêtes aéronautiques, au bureau régional de l'Ontario à Richmond Hill, en Ontario.

M. Stokes a plus de 25 ans d'expérience en aviation civile en tant que pilote et technicien d'entretien d'aéronef. Il est titulaire d'une licence de pilote de ligne et totalise environ 10 000 heures de vol sur plusieurs aéronefs à voilure fixe, notamment le B777, le B767, le MD83 et le B737. Avant de se joindre au BST, M. Stokes occupait les fonctions de pilote de B737 et d'instructeur sur simulateur.


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Ceci est une enquête de catégorie 4. Ces enquêtes d’une portée limitée peuvent contenir une courte analyse, mais ne contiennent pas de faits établis ni de recommandations. Les enquêtes de catégorie 4 se concluent généralement en 200 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification: