Document d'information

MAIIF/IMPA – Message de sécurité

Les membres du Forum international des enquêteurs sur les accidents maritimes (MAIIF) ont réalisé de nombreuses études et enquêtes sur la relation opérationnelle qui unit les pilotes maritimes et les capitaines de navire/officiers de quart. De son côté, l'International Maritime Pilots' Association (IMPA) a réalisé un certain nombre d'enquêtes au sujet des pratiques opérationnelles sur les passerelles de navires pendant le pilotage, y compris sur des questions comme l'échange initial entre les capitaines et les pilotes, de même que la nature et l'ampleur du soutien reçu de la part des équipes de la passerelle dans le cadre des affectations de pilotage. Les lacunes en matière de sécurité associées au travail d'équipe sur la passerelle, y compris la communication entre les pilotes maritimes et les capitaines de navire/officiers de quart, sont une préoccupation pour nos deux organisations.

Il est bien établi que le pilote et l'équipe de la passerelle devraient développer un modèle mental commun de la façon dont se déroulera un voyage. L'échange initial entre le capitaine et le pilote est un élément important du processus par lequel le capitaine et le pilote peuvent élaborer un tel modèle et dissiper les incertitudes concernant la façon dont seront réalisées les manœuvres prévues. Il est également important de maintenir des communications adéquates entre le pilote et la passerelle tout au long du voyage. Lorsque le pilote et la passerelle partagent un modèle mental similaire du voyage, ils sont en mesure de surveiller individuellement le progrès des manœuvres à partir de leurs différents points d'observation sur le navire, réduisant ainsi la possibilité de défaillances dues à un élément unique.

Bien que L'OMI et les états membres aient fait preuve de diligence raisonnable et aient mis en œuvre une formation obligatoire à l'intention des équipages et des pilotes de navires, le nombre d'accidents pour lesquels la cause ou le fait établi quant aux risques est lié à la relation entre le pilote et l'équipe à la passerelle continue de faire l'objet de préoccupations. MAIIF et IMPA ont constaté que, en l'absence d'un suivi de la progression du navire, le pilote ne bénéficiera que d'une aide minime pour la navigation du navire.

Dans les opérations de pilotage maritime, une bonne conscience de la situation repose sur les éléments suivants : 1) la perception des facteurs critiques dans l'environnement, 2) la compréhension des répercussions de ces facteurs sur la maîtrise du navire, 3) l'extrapolation de ce qui se produira dans un proche avenir et la capacité de prendre les mesures appropriées. Une bonne communication favorise la conscience de la situation : puisque les membres de l'équipe de passerelle doivent travailler de concert pour atteindre un but commun, l'échange continu de renseignements est essentiel pour permettre aux deux partis d'être pleinement efficaces.

Les obligations respectives des pilotes et des équipes de passerelles sont bien établies dans différents instruments internationaux. La Convention internationale sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de veille (code STCW) souligne l'importance de l'échange continu de renseignements entre le capitaine et le pilote et stipule que : « [n]onobstant les tâches et obligations qui incombent aux pilotes, leur présence à bord ne décharge pas le capitaine ou l'officier chargé du quart à la passerelle des tâches et obligations qui leur incombent sur le plan de la sécurité du navire ». En outre, la résolution A960 de l'OMI stipule que : « [l] es capitaines et les officiers à la passerelle ont le devoir de seconder le/la pilote et de veiller à ce que ses actions soient surveillées en permanence » et que « [l] e capitaine, les officiers à la passerelle et le/la pilote partagent la responsabilité d'une bonne communication et de la compréhension de leurs rôles respectifs eu égard à la sécurité de la conduite du navire dans la zone de pilotage. » (A960, Annexe 2, paragraphes 2.3 et 2.2.).