Communiqué de presse

Un défaut non détecté dans une roue et les dommages conséquents causés à la voie ferrée sont à l'origine du déraillement et de l'incendie d'un train à Plaster Rock (Nouveau-Brunswick) en janvier 2014

Moncton (Nouveau-Brunswick), le 19 juin 2015 — Dans son rapport d'enquête (R14M0002) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé qu’une roue présentant un défaut non détecté s’est rompue, ce qui a entraîné le déraillement et l'incendie de janvier 2014 mettant en cause un train du Canadien National (CN) près de Plaster Rock (Nouveau-Brunswick).

Le 7 janvier 2014, 19 wagons et 1 locomotive située au milieu d'un train de marchandises du CN faisant route de Toronto (Ontario) à Moncton (Nouveau-Brunswick) ont déraillé près de Plaster Rock. Sept wagons-citernes de catégorie 111 transportant du pétrole brut et d'autres marchandises dangereuses et 5 wagons-citernes sous pression de catégorie 112 chargés de butane se trouvaient parmi les wagons déraillés. Quelque 230 000 litres de pétrole brut se sont déversés des wagons-citernes et ont pris feu. Environ 150 résidents dans un rayon de 1,6 kilomètre de l'incendie ont été évacués. La voie ferrée a été détruite sur une distance de 350 pieds. Personne n'a été blessé.

L'enquête a déterminé qu'une roue du 13e wagon avait éclaté en raison d'une zone de porosité sous-surfacique qui a donné naissance à une fissure de fatigue. Un contrôle par ultrasons effectué lors de la fabrication de la roue en 1991 et de son reprofilage en 2006 n'a pas permis de déceler la zone de porosité sous-surfacique. La roue rompue et la roue du côté opposé sur le même essieu ont déraillé entre les rails, causant des dommages à la voie et provoquant le déraillement des 19 wagons et de la locomotive en milieu de train.

Parmi les wagons déraillés, il y avait 4 wagons-citernes plus anciens de catégorie 111, 3 wagons-citernes de cette même catégorie construits selon la norme CPC-1232 et 5 wagons-citernes sous pression de catégorie 112. Les attelages d'autres wagons ont perforé 2 des wagons-citernes plus anciens de catégorie 111, les vidant de leur contenu et alimentant un grand feu en nappe. Les wagons construits selon la norme CPC-1232 s'en sont mieux sortis, bien qu'il ait été difficile de déterminer si leur performance était attribuable aux améliorations ou simplement à leur position dans le train et aux types de chocs qu'ils avaient subis. Les wagons de catégorie 112 n'ont subi aucun dommage attribuable aux chocs. Cependant, la chaleur dégagée par le feu en nappe a détérioré les joints d'étanchéité des dispositifs de décharge de pression de 2 wagons de catégorie 112 et de 1 wagon de catégorie 111, et a entraîné le déversement d'une certaine quantité du produit transporté par ces wagons.

L'enquête a également permis de constater que des mesures appropriées et efficaces avaient été prises en réponse à la situation d'urgence. Grâce au plan d'intervention environnementale et à la remise en état des lieux du déraillement, l'incidence sur l'environnement a été minimale et circonscrite.

Le transport de liquides inflammables par rail est l'un des enjeux inscrits sur la Liste de surveillance du BST. Le BST demande aux compagnies de chemin de fer de planifier et d'analyser les itinéraires et de procéder à des évaluations des risques afin de s'assurer de l'efficacité des mesures de réduction des risques. Le présent accident met également en évidence la demande de longue date du BST en faveur de normes plus strictes pour les wagons-citernes transportant du pétrole brut afin de réduire la probabilité d'un déversement de marchandises dangereuses lors d'accidents. Le 1er mai 2015, Transports Canada a introduit un nouveau règlement qui exige une norme plus stricte pour les wagons-citernes, des modifications en rattrapage et un calendrier de mise en œuvre.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca