Communiqué de presse

La rupture d’un rail causée par une roue rompue a provoqué le déraillement d’un train du Chemin de fer Canadien Pacifique en avril 2013 près de White River (Ontario)

Toronto (Ontario), le 11 décembre 2014 — Dans le rapport d'enquête (R13T0060) rendu public aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que la rupture d'un rail causée par l'impact d'une roue rompue avait provoqué le déraillement d'un train de marchandises du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) près de White River (Ontario). À cause de l'accident, il y a eu déversement de produit de trois wagons-citernes de catégorie 111; deux des wagons-citernes ont laissé échapper du pétrole brut et un wagon­citerne a laissé échapper de l'huile de canola. Il n'y a pas eu de blessés.

Le 3 avril 2013, un train de marchandises du CFCP, qui avait quitté Edmonton (Alberta) à destination deToronto (Ontario), a fait l'objet d'un freinage d'urgence intempestif près de White River. Un freinage d'urgence se produit automatiquement lorsqu'il y a interruption de la pression d'air dans le circuit de freinage n'importe où sur le train. En tout, 22 wagons ont déraillé, dont neuf étaient des wagons-citernes de catégorie 111. Sept des neuf wagons-citernes contenaient des marchandises dangereuses (pétrole brut – UN 1267). Au cours du déraillement, plusieurs wagons ont roulé en bas d'un remblai. Deux des wagons-citernes de catégorie 111 ont déversé environ 102 000 litres de pétrole brut, tandis qu'un autre wagon-citerne de catégorie 111 a laissé échapper 18 000 litres d'huile de canola, ce qui ne constitue pas une marchandise dangereuse.

L'enquête a permis de déterminer qu'il n'y avait eu aucun problème quant à la conduite du train et aucun défaut de voie dans la zone du déraillement. Quatre jours avant l'événement, un détecteur de défauts de roues en voie avait enregistré une charge d'impact supérieure au seuil critique établi par l'Association of American Railroads (AAR), au­delà duquel il faut remplacer la roue, mais les directives de la compagnie permettaient de maintenir la roue en service. La roue a fait défaut par la suite, rompu le rail et causé le déraillement. Les raccords supérieurs et inférieurs des wagons­citernes contenant des marchandises dangereuses n'ont pas empêché le déversement de produits au cours du déraillement.

À la suite de l'événement, Transports Canada et l'AAR ont entrepris des discussions au sujet d'améliorations à apporter aux robinets de déchargement par le bas des wagons­citernes de catégorie 111 pour prévenir tout déversement de produit en cas de déraillement. L'AAR a depuis proposé des améliorations à apporter à la conception de ces robinets.

Le transport de liquides inflammables par rail est l'un des enjeux inscrits sur la Liste de surveillance.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca