Communiqué

Liens connexes (M17P0098)

Naufrage partiel et pertes de vie près de Tofino (C.-B.) en avril 2017 entraînés par les modifications apportées à un bateau de pêche

Richmond (Colombie-Britannique), le 15 mai 2018 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (M17P0098) sur l'accident mortel du bateau de pêche sportive à utilisation commerciale Catatonic, qui est survenu en avril 2017 près de Tofino, en Colombie-Britannique. Le rapport souligne les risques que posent les modifications aux embarcations, qui peuvent compromettre les caractéristiques de sécurité d'origine et accroître le risque que l'embarcation soit inadéquate pour le voyage prévu.

Le 30 avril 2017, vers 9 h 30, HAP, le bateau de pêche sportive Catatonic a quitté Tofino avec un exploitant et quatre passagers à bord pour se rendre à un lieu de pêche des environs. Au cours des quelques heures suivantes, pendant lesquelles le bateau a jeté l'ancre à divers lieux de pêche, on a remarqué que l'eau s'infiltrait par la poupe, qui était balayée par des paquets de mer. À 13 h 03, HAP, au moment où le bateau se préparait à rentrer au port, l'exploitant a été incapable de redémarrer le moteur tribord. Par la suite, le moteur bâbord a cessé de fonctionner, suivi des pompes de cale, de l'équipement de navigation et de l'équipement de communication. Au moyen de son téléphone cellulaire personnel, l'exploitant a joint la Garde côtière canadienne pour signaler une urgence et transmettre sa position approximative. Comme le bateau ne pouvait plus demeurer à l'horizontale, tous les occupants ont fini par l'abandonner et se sont retrouvés à l'eau. Des navires de recherche et de sauvetage (SAR) ont repêché l'exploitant et les passagers et les ont transportés à l'hôpital local, où l'on a constaté le décès de deux des passagers.

L'enquête a permis de déterminer que la poupe du Catatonic a été submergée, notamment en raison d'une infiltration d'eau dans les compartiments et caissons de flottabilité arrière. Des modifications apportées au bateau ont permis à l'eau qui s'accumulait sur le pont de s'infiltrer d'abord dans les viviers, puis de s'écouler dans les fonds de cale de compartiment. Des trous qui avaient été pratiqués dans la coque du bateau et sa cloison ont également permis à l'eau de s'infiltrer dans les compartiments, puis dans les caisson de flottabilité arrière, et ont fait couler la poupe.

D'importants composants du bateau avaient également été modifiés, entre autres l'alimentation électrique. La conception d'origine du bateau, qui comprenait deux batteries raccordées séparément, avait été modifiée pour permettre la recharge et l'utilisation en bloc des deux batteries. Elles agissaient ainsi comme unique source d'électricité pour l'ensemble du bateau. Lorsque les deux batteries fonctionnant en bloc se sont déchargées, le bateau s'est trouvé sans électricité pour alimenter l'équipement vital comme les moteurs, les pompes de cale et les radiotéléphones VHF. Si des modifications à une embarcation compromettent ses caractéristiques de sécurité d'origine, il y a un risque accru que cette embarcation soit inadéquate pour le voyage prévu.

L'enquête a également permis de déterminer qu'au moment de l'événement, la radiobalise de localisation des sinistres (RLS) manuelle du bateau n'était pas du type approuvé et qu'elle était défectueuse. La radiobalise individuelle de repérage (PLB) de l'exploitant n'a pas été actionnée, car l'exploitant ne savait pas comment elle fonctionnait. De plus, comme il n'y avait plus d'électricité dans le bateau, les radios à très haute fréquence (VHF) et le système mondial de positionnement pour navigation satellite ne fonctionnaient pas; l'exploitant n'a donc pas pu indiquer la position exacte du bateau au Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (JRCC). Comme ils n'ont pas pu donner la position exacte du navire aux autorités SAR, les occupants ont été secourus 1 h 40 après le moment où la poupe a été submergée. Si des données de position précises ne sont pas fournies en situation d'urgence, il y a un risque que les ressources SAR perdent un temps précieux à repérer un navire.

Le BST n'est pas au fait de mesures de sécurité qui auraient été prises à la suite de cet événement.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :