Communiqué de presse

Le naufrage du Five Star dans le détroit de Johnstone (Colombie-Britannique) en juin 2014 remet à l'avant-plan des problèmes récurrents en matière de sécurité des bateaux de pêche

Richmond (Colombie-Britannique), le 7 mai 2015 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (M14P0121) sur le chavirement et le naufrage du bateau de pêche Five Star dans le détroit de Johnstone (Colombie-Britannique), le 12 juin 2014.

Le Five Star revenait à Kelsey Bay (Colombie-Britannique) après 3 jours de pêche au crabe, avec à son bord le capitaine et un membre d'équipage. Le bateau transportait environ 1250 kg de crabes répartis dans 22 casiers arrimés sur le pont de pêche. En route, on a transféré environ le tiers de la récolte dans un grand bac vide qui était positionné sur l'axe central du pont de pêche et attaché à bâbord et à tribord du bateau. Plus tard au cours du voyage, le bateau a rencontré des vents de plus en plus forts et des vagues de 1 mètre de hauteur qui agissaient sur l'arrière du navire. Afin que les crabes demeurent en vie, le membre d'équipage a rempli le bac d'eau de mer, faisant augmenter le poids du bac à 1100 kg. Peu de temps après, le bateau a donné de la bande à bâbord et l'amarre qui fixait le bac à tribord s'est rompue. Le bac ainsi que les casiers ont glissé à bâbord et ce mouvement a fait gîter le bateau à bâbord. Le pont a été par la suite inondé et le bateau a chaviré.

Juste avant le chavirement, le membre d'équipage, qui portait une veste de sauvetage, a sauté par-dessus bord. Le capitaine, qui n'avait pas endossé de vêtement de flottaison, a évacué par une fenêtre de la cabine. Les deux pêcheurs se sont agrippés à la coque. Ils ont par la suite abandonné le bateau et commencé à nager en direction de la côte. À la moitié de la distance jusqu'à la côte, le membre d'équipage a perdu de vue le capitaine et le bateau. On présume que le bateau de pêche a coulé et que le capitaine s'est noyé.

Selon l'enquête, la décision de poursuivre le voyage jusqu'à Kelsey Bay a exposé le Five Star à des vagues et à des vents qui ont fait en sorte que le bateau a donné de la bande à bâbord. Cela a mené au bris de l'amarre qui retenait le bac et au déplacement de la charge, qui ont provoqué le chavirement du bateau. De plus, puisque le bateau n'était équipé d'aucun moyen pour transmettre automatiquement un signal de détresse, l'effort de recherche et de sauvetage n'a été organisé qu'après que le membre d'équipage a gagné la côte à la nage et appelé le 9-1-1.

L'enquête a aussi révélé différents facteurs de risque, notamment l'absence d'exigences obligeant la plupart des bateaux de pêche à subir une évaluation officielle de leurs caractéristiques de stabilité et le fait que le bateau n'était pas doté d'un dispositif capable de transmettre automatiquement un signal de détresse. L'enquête a également établi que des évaluations exhaustives de la préparation aux situations d'urgence et la tenue d'exercices d'urgence étaient nécessaires. Le rapport cite 7 événements précédents où l'absence d'une évaluation des caractéristiques de stabilité avait joué un rôle. Le BST a aussi déjà fait une recommandation (M00-09) sur le transport d'un dispositif capable de transmettre automatiquement un signal de détresse.

Les pertes de vie à bord de bateaux de pêche sont l'un des enjeux inscrits sur la Liste de surveillance du BST. Bien que Transports Canada ait proposé des règlements pour corriger plusieurs lacunes de sécurité de la pêche, leur mise en œuvre accuse d'importants retards. Les autorités fédérales et provinciales ainsi que les leaders du milieu de la pêche doivent poser des gestes concertés et coordonnés en vue d'améliorer la culture de sécurité dans les opérations de pêche, qui tiennent compte de l'interaction entre les manquements à la sécurité.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca