Communiqué de presse

Le non-respect de la procédure approuvée durant un vol d’entraînement a mené à l’écrasement d’un hélicoptère en 2013 à l’aéroport de Sept-Îles

Dorval, Québec, le 4 août 2015 – Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a publié aujourd’hui son rapport d’enquête (A13Q0021) sur un accident mettant en cause un hélicoptère servant à un vol d’entraînement à l’aéroport de Sept-Îles le 3 février 2013. Le pilote instructeur a subi des blessures graves, et les 2 pilotes en formation ont subi des blessures mineures. L’hélicoptère a été considérablement endommagé.

L'Eurocopter AS350 BA, exploité par Héli-Excel inc., effectuait divers types d'atterrissage dans des aires non aménagées. Il s'est dirigé vers l'aéroport de Sept-Îles pour effectuer divers exercices de simulation de situations d'urgence. À 9 h 59, heure normale de l'Est, alors que l'hélicoptère amorçait son troisième exercice de défaillance du circuit hydraulique, le pilote instructeur a effectué un circuit court à basse altitude et à basse vitesse, sans assistance hydraulique. Dans les instants qui ont suivi le début de l'approche finale, le manche cyclique s'est brusquement déplacé vers l'avant et la gauche. Le pilote instructeur a agrippé le manche cyclique afin de redresser l'hélicoptère. Les pales du rotor principal ont percuté la piste, puis l'aéronef s'est immobilisé sur le côté gauche.

L'enquête a permis d'établir que la procédure approuvée à observer pour effectuer cette manœuvre n'avait pas été suivie. Par conséquent, le profil de vol de l'hélicoptère n'était pas conforme au profil de vol recommandé par le fabricant au moment de la dépressurisation du circuit hydraulique. L'enquête a également permis de déterminer qu'en l'absence d'instructions précises à l'intention des pilotes concernant le rétablissement de la pression hydraulique en cas d'écart par rapport au profil de vol prévu, il y a un risque que les pilotes soient incapables de rétablir la pression hydraulique alors qu'ils exercent des forces importantes sur les commandes de vol.

L'enquête a aussi permis de tirer d'autres importantes conclusions quant aux risques. En premier lieu, le BST a documenté un certain nombre de cas où le port d'un casque aurait probablement réduit ou prévenu les blessures des pilotes. En conséquence, les pilotes d'hélicoptère qui ne portent pas de casque s'exposent à un risque accru d'incapacité, de blessures graves ou de perte de vie en cas d'accident. En deuxième lieu, l'enquête a révélé que les services d'intervention d'urgence n'étaient pas coordonnés. Lorsque des véhicules d'urgence circulent sur une piste en service et qu'il n'y a aucune coordination entre l'exploitant de l'aéroport et les unités d'intervention d'urgence, ni aucun moyen de communiquer avec la station d'information de vol, il existe un risque de collision sur la piste.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca