Communiqué de presse

La descente inopinée d'un Sikorsky S-92A de Cougar Helicopters souligne l'importance de maintenir les compétences de vol manuel pour le pilotage d'aéronefs automatisés

Gatineau (Quebec), le 11 septembre 2013 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (A11H0001) sur un incident au cours duquel un hélicoptère Sikorsky S-92A exploité par Cougar Helicopters Inc. a effectué une descente inopinée et a évité de quelques secondes une collision avec l'eau, en juillet 2011.

« Dans le secteur de l'aviation, on se fie de plus en plus à l'automatisation à l'intérieur des postes de pilotage pour prendre en charge les opérations courantes, » a dit Daryl Collins, enquêteur désigné. « Malgré les nombreux avantages pour l'aviation qu'offre l'automatisation dans les postes de pilotage, il est essentiel que les équipages de conduite maintiennent leurs compétences de vol à vue et aux instruments afin qu'ils aient l'expérience et la confiance pour gérer les situations inhabituelles. »

Dans cet incident, l'hélicoptère a quitté une plateforme de forage à destination de l'aéroport international de St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador), avec 2 membres d'équipage et 5 passagers à bord. Au moment du départ, le commandant a tiré fortement et rapidement le cyclique vers l'arrière juste avant d’activer le mode de remise des gaz, ce qui a entraîné l’hélicoptère dans un cabré avec décélération alors qu'il se trouvait dans des nuages. L'hélicoptère a amorcé une descente rapide lorsque sa vitesse anémométrique a diminué sous le seuil de la vitesse minimale de contrôle. Frappé d’incapacité subtile, possiblement attribuable à la désorientation spatiale, le commandant n’a pas pris les mesures nécessaires pour interrompre promptement cette descente. Le premier officier, qui n'avait pas suffisamment confiance en ses moyens pour sortir de cette descente inopinée, n’a pas pris les commandes de l’hélicoptère, contrairement à ce que prévoient les procédures d’utilisation normalisées de l'entreprise. Lorsque l'hélicoptère est passé sous la base des nuages, à une altitude de 200 pieds au-dessus de la mer, l'équipage de conduite a aperçu l'eau, et le commandant a augmenté le pas collectif. Cette manœuvre, qui accroît la portance générée par le système de rotor principal, a interrompu la descente à 38 pieds de la mer. Il n'y a eu aucun blessé, et l'aéronef n'a subi aucun dommage.

L'enquête a relevé de nombreux problèmes liés à l'exploitation, aux procédures et à la formation qui ont contribué à cet événement. Notamment, les équipages de conduite ne pratiquaient pas régulièrement les rétablissements à partir d'assiettes inhabituelles et n'étaient pas formés pour reconnaître une incapacité subtile afin d'y réagir. Ces facteurs peuvent miner la confiance des pilotes à prendre en charge de telles situations, et de ce fait accroître les risques d'accident.

Depuis cet incident, Cougar Helicopters a renforcé sa formation sur les assiettes inhabituelles et exige désormais que les pilotes effectuent manuellement au moins 2 approches aux instruments par période de 90 jours. L'entreprise a également apporté des précisions à ses procédures d’utilisation normalisées concernant les rétablissements à partir d'assiettes inhabituelles, l'incapacité subtile et l'utilisation du pilote automatique.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca