Rapport de laboratoire d'ingénierie du BST (LP007/2014)

Démontage des freins à main, Montreal, Maine & Atlantic Railway, Train MMA-002

Consulter le document en PDF

Il faut un lecteur de PDF pour lire cette version. Détails dans notre page d'aide.

Résumé du projet

Le 6 juillet 2013, le train de marchandises MMA-002 de la Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA) en route de Montréal (Québec) à Saint-Jean (Nouveau-Brunswick), est arrêté à Nantes (Québec) au point milliaire 7,40 de la subdivision de Sherbrooke. Le train, formé de 5 locomotives en tête, de 1 fourgon VB (fourgon de queue spécial), de 1 wagon-couvert et de 72 wagons-citernes de la classe 111 transportant des liquides inflammables (pétrole brut, UN 1267), est immobilisé sur la voie principale, dans une pente. Peu après 1 h le 6 juillet 2013, le train se met en mouvement et gagne de la vitesse en dérivant dans la pente jusque dans la ville de Lac-Mégantic (Québec), 7,4 milles au sud-est de Nantes. Roulant à une vitesse bien supérieure à la vitesse autorisée, le train déraille près du centre de Lac-Mégantic. De nombreux wagons-citernes se rompent et un incendie s'ensuit.

Les freins à main des trois premiers wagons-citernes déraillés sont retirés et expédiés en vue d'un examen au Laboratoire d'ingénierie du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

Frein à main Wagon Position dans le train Fabricant du frein à main Date de fabrication
1 TILX 316547 3 Klassing 1700 8/11
2 WFIX 130608 4 Klassing 1700 7/11
3 TILX 316359 5 Klassing 1700 6/11

Les trois freins à main ont été photographiés à leur réception, avant l'examen (figure 1). Le volant des freins à main 1 et 2 avait été enlevé avant l'expédition au laboratoire du BST, mais on l'a remis en place provisoirement pour les photographies.  On ne sait pas si les freins à main avaient été manœuvrés après l'événement. Les trois freins à main se trouvaient dans la position de desserrage, le point d'attache supérieur de la chaîne étant clairement visible.  Au niveau de ce point d'attache, tous les freins à main comportaient visiblement des résidus de peinture blanche, que les dommages causés par le feu avaient cependant effacés en grande part sur le frein numéro 1 (figure 2). La plaque arrière du frein à main 1 montrait une certaine déformation (figure 3), mais non les deux autres. Le volant et le levier de desserrage ont été enlevés de chaque frein à main. Dans chaque cas, l'écrou utilisé pour fixer le levier de desserrage avait été soudé à l'arbre de celui-ci et avait dû être coupé avant la dépose. On s'est servi d'un disque abrasif pour couper les têtes des rivets pleins joignant le carter avant à la plaque arrière, ce qui a permis de soulever et d'enlever le carter (figure 4).

Sur chaque frein à main, on a examiné visuellement le pas de la denture de la petite roue (le pignon) et celui de la grande roue (la couronne). Aucun engrenage des freins à main ne présentait des signes de dommage qui indiqueraient que ces freins se trouvaient dans la position de serrage au moment de l'événement (figures 5 et 6).

Ce rapport de laboratoire fait partie du rapport d'enquête R13D0054 du Bureau de la sécurité des transports du Canada.