Enquêtes et rapports d’enquête sur la sécurité du transport maritime M17C0232

Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 2 novembre 2018.

Table des matières

Personne à la mer et perte de vie subséquente

Navire de marchandises diverses Amazoneborg
Trois-Rivières (Québec)

Voir le rapport final

L'événement

Le 29 septembre 2017, le navire de marchandises diverses Amazoneborg était amarré à la section 19 du port de Trois-Rivières (Québec). Le troisième officier a reçu l’ordre de vérifier le tirant d’eau du navire. Quelque temps après 22 h 10, heure avancée de l’Est, le troisième officier s’est rendu au milieu du navire pour aller relever les marques de tirant d’eau du côté mer; il a plus tard été porté disparu. On a avisé les autorités de recherche et sauvetage, et celles-ci ont effectué une recherche dans le secteur, mais en vain. Le corps du troisième officier a été retrouvé le 7 octobre 2017 près de Champlain (Québec).


Ressources pour les médias

Communiqués

2018-11-02

De l’équipement et des procédures de travail inadéquats ont mené à la chute par-dessus bord et à la mort d’une personne sur le navire Amazoneborg à Trois-Rivières (Québec) en 2017
Lire le communiqué de presse

Avis de déploiement

2017-09-30

Le BST envoie une équipe au port de Trois-Rivières (Québec) suite à un accident impliquant le navire Amazoneborg
Québec (Québec), le 30 septembre 2017 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) envoie une équipe d'enquêteurs au port de Trois-Rivières (Québec) suite à un événement impliquant le navire de charge "Amazoneborg". Le BST recueillera des informations et évaluera l'événement.


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Photo de Mélissa St-Jean

Mélissa St-Jean est enquêtrice maritime principale au Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) depuis 2016.

Avant de se joindre au BST, Mélissa a travaillé 10 ans à la Garde côtière canadienne dans divers postes et récemment, comme superviseure régionale intérimaire en recherche et sauvetage. Elle a aussi travaillé 4 ans comme coordonnatrice en sécurité maritime pour la Société des traversiers du Québec.

En plus d'être une officière de navigation brevetée, Mme St-Jean a un diplôme d'études collégiales en technique de navigation de l'Institut maritime du Québec ainsi qu'un baccalauréat en études maritimes de l'Université Mémorial de St. John's à Terre-Neuve.


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Ceci est une enquête de catégorie 3. Ces enquêtes sont des études d’un petit nombre de problèmes de sécurité et sont parfois accompagnées de recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification :