Enquête sur la sécurité du transport aérien A19A0012

Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 09 octobre 2019.

Table des matières

Perte de maîtrise durant le roulement à l'atterrissage

Air Canada
Boeing 767-375 (C-FTCA)
Aéroport international Stanfield d'Halifax (Nouvelle-Écosse)

Voir le rapport final

L'événement

Le , un avion de la série 767-300 de Boeing exploité par Air Canada effectuait un vol entre l’aéroport international Lester B. Person de Toronto, en Ontario, et l’aéroport international Stanfield d’Halifax, en Nouvelle-Écosse. Après l'atterrissage, le vent a poussé l’avion alors qu’il se déplaçait sur une section de piste glissante, et la roue avant s’est enfoncée dans un amoncellement de neige au bord de la piste. Les 8 membres d'équipage et les 211 passagers ont été conduits à l'aérogare et l'avion a été remorqué jusqu'à l'aire de trafic pour la récupération des bagages. L’avion n’a pas été endommagé. Aucune blessure n’a été signalée par les passagers ou les membres d’équipage.


Ressources pour les médias

Communiqué de presse

2019-10-09

Rapport d’enquête : Perte de maîtrise durant le roulement à l’atterrissage à l’aéroport international Stanfield (Nouvelle-Écosse) en mars 2019
Lire le communiqué de presse

Avis de déploiement

2019-03-04

Le BST envoie une équipe d'enquêteurs à l'Aéroport international Stanfield d'Halifax (Nouvelle-Écosse) suite à un incident d'atterrissage

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), le 4 mars 2019 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) envoie une équipe d'enquêteurs à l'Aéroport international Stanfield d'Halifax (Nouvelle-Écosse) suite à un incident d'atterrissage mettant en cause un Boeing 767 exploité par Air Canada. Le BST ira recueillir des informations et évaluer l'événement.


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Photo de Bruce Mullen

Bruce Mullen s'est joint au BST en mai 2010, avec à son actif plus de 27 ans et 8000 heures d'expérience de vol dans divers types d'aéronefs. Avant de se joindre au BST, il a été membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pendant près de 25 ans, dont 9 ans en Alberta en tant qu'enquêteur et agent de la paix.

M. Mullen a également travaillé pendant plusieurs années au sein du ministère des Pêches et des Océans en tant que chercheur scientifique et a participé à la rédaction de plusieurs publications de recherche sur les pêches.


Photos


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Ceci est une enquête de catégorie 4. Ces enquêtes d’une portée limitée peuvent contenir une courte analyse, mais ne contiennent pas de faits établis ni de recommandations. Les enquêtes de catégorie 4 se concluent généralement en 200 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification: