Enquête de sécurité du transport aérien A18W0052

Mise à jour : Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 17 octobre 2018.

Table des matières

Perte de roue avant à l’atterrissage

Perte de la roue avant à l’atterrissage
Air Georgian Ltd.
Beechcraft 1900D (C-GZGA)
Aéroport international de Calgary (Alberta)

Voir le rapport final

L'événement

Le , un aéronef Beechcraft 1900D d'Air Georgian effectuait le vol 7228 d'Air Canada Express depuis Cranbrook, en Colombie-Britannique, jusqu'à Calgary, en Alberta, avec deux membres d'équipage et neuf passagers à bord. En arrivant à Calgary, l'appareil a perdu sa roue avant tout juste après l'atterrissage. Il a ensuite glissé sur l'essieu et la partie inférieure du train avant sur quelque 1200 pieds de la piste avant de s'arrêter. Le contrôleur aérien a remarqué une pluie d'étincelles et a fait appel aux services de sauvetage et de lutte contre les incendies de l'aéroport. Une fois l'appareil immobilisé sur la piste, l'équipage a évacué les passagers. Aucune blessure n'a été signalée. L'appareil a été remorqué vers les hangars.


Ressources pour les médias

Communiqué de presse

2018-10-22

Rapport d’enquête : perte de la roue avant à l’atterrissage à l’aéroport international de Calgary (Alberta) en avril 2018
Lire le communiqué de presse

Avis de déploiement

2018-04-10

Le BST envoie une équipe d’enquêteurs sur les lieux d'un incident à l'atterrissage à l’aéroport international de Calgary (Alberta)

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) envoie une équipe d'enquêteurs sur les lieux d'un incident à l'atterrissage qui est survenu hier soir à l'aéroport international de Calgary en Alberta, impliquant un appareil d'Air Georgian Ltd. exploité comme un vol d'Air Canada Express. Le BST ira recueillir des informations et évaluer l'événement.


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Photo de Gerrit B. Vermeer

Gerrit B. Vermeer a commencé sa carrière dans l'aviation professionnelle en se joignant à la Mission Aviation Fellowship et en déménageant en Afrique australe. Il a alors travaillé en tant que pilote de ligne, ainsi qu’à titre de chef pilote intérimaire et directeur des opérations intérimaires. De retour au Canada, M. Vermeer a travaillé comme pilote pour un exploitant de vols d'affrètement de l'industrie pétrolière et gazière, à l'aéroport international d'Edmonton. En 2008, il s’est joint à Transports Canada (TC) et, pendant cinq ans et demi, a travaillé comme inspecteur au sein de la direction responsable de la mise en application des lois. Il s’est ensuite joint à la division des Opérations de la Région des Prairies et du Nord et, dans l'année qui a suivi, il a servi à titre d’inspecteur principal des opérations pour plusieurs exploitants du Nord.

M. Vermeer est titulaire d'un baccalauréat en technologie de l’aviation des missions. En outre, il détient une licence de pilote de ligne et compte environ 6400 heures de vol sur des appareils à voilure fixe. Il est également titulaire d’un brevet canadien de technicien d'entretien d'aéronefs, ainsi que d’une licence de technicien de cellules d'aéronef et de groupes motopropulseurs délivrée par la Federal Aviation Administration des États-Unis.


Photos


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Ceci est une enquête de catégorie 4. Ces enquêtes d’une portée limitée peuvent contenir une courte analyse, mais ne contiennent pas de faits établis ni de recommandations. Les enquêtes de catégorie 4 se concluent généralement en 200 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification: