Enquête de sécurité du transport aérien A18Q0016

Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 18 février 2019.

Table des matières

Collision avec le sol pendant la nuit

Robinson R44 Raven I (hélicoptère), C-GYMG
Saint-Joachim-de-Courval (Québec)

Voir le rapport final

L'événement

, vers 19 h 45, heure normale de l’Est, l’hélicoptère Robinson R44 Raven I (immatriculation C-GYMG, numéro de série 2081), en exploitation privée, a décollé de Saint-Georges de Beauce (Québec) avec à son bord le pilote et 2 passagères pour un vol de nuit selon les règles de vol à vue à destination de Saint-Alexis-de-Montcalm (Québec). À 20 h 32, le Centre canadien de contrôle des missions a capté un signal de détresse émis par la radiobalise de repérage d’urgence de l’hélicoptère. Vers 21 h 35, l’hélicoptère a été retrouvé dans un champ à Saint-Joachim-de-Courval (Québec), près de Drummondville (Québec). L’hélicoptère a été détruit par les forces d’impact et par un incendie qui s’est déclaré après l’impact. Tous les occupants ont subi des blessures mortelles.


Ressources pour les médias

Communiqué de presse

2019-02-18

La collision avec le sol d’un hélicoptère à Saint-Joachim-de-Courval (Québec) démontre les risques posés par le manque d’expérience récente en vol aux instruments
Lire le communiqué de presse

Avis de déploiement

2018-02-02

Le BST envoie des enquêteurs sur les lieux d'un accident d'hélicoptère près de Drummondville (Québec)

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) envoie une équipe d'enquêteurs suite à un accident d'hélicoptère près de Drummondville (Québec). Le BST recueillera des informations et évaluera l'événement.


Informations d'enquête

Carte de la région


Enquêteur désigné

Photo de Jimmy Cancino

Jimmy Cancino cumule plus de 25 années d'expérience en aviation civile. Il s'est joint au BST en 2013 et occupe maintenant le poste d'enquêteur principal régional à Dorval (Québec).

Avant de se joindre au BST, M. Cancino a travaillé pendant 11 ans pour Transports Canada à titre d'inspecteur de la sécurité de l'aviation civile et d'enquêteur à l'application de la loi, après avoir fait carrière comme technicien et inspecteur pour différents organismes de maintenance agréés, de constructeurs aéronautiques et de lignes aériennes.

M. Cancino est titulaire d'une licence de technicien d'entretien d'aéronefs émise par Transports Canada.


Photos


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Ceci est une enquête de catégorie 3. Ces enquêtes sont des études d’un petit nombre de problèmes de sécurité et sont parfois accompagnées de recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification: