Sélection de la langue

Enquête sur la sécurité du transport aérien A14P0132

Mise à jour : Le BST a terminé cette enquête. Le rapport a été publié le 14 juillet 2016.

Table des matières

Décrochage au décollage et collision avec un plan d’eau

Conair Group Inc. (s/n Conair)
Aéronef amphibie Air Tractor AT-802A Fire Boss, C-GXNX
Chantslar Lake (Colombie-Britannique)

Voir le rapport final

L'événement

Un Air Tractor AT-802A sur flotteurs amphibies (immatriculé C-GXNX, numéro de série AT-802A-0530), exploité sous l’indicatif Tanker 685, effectuait de jour des opérations de gestion de feux de végétation près de Chantslar Lake (Colombie-Britannique). Trois aéronefs semblables travaillaient en équipe avec le Tanker 685, qui était deuxième en ligne pour effectuer des posés-décollés et écoper l’eau de Chantslar Lake. À l’envol, il s’est produit une perte de maîtrise, et l’aile droite de l’aéronef a percuté le plan d’eau. L’aéronef a fait un tête-à-queue sur l’eau, et les flotteurs et leur structure de soutien se sont séparés du fuselage. L’aéronef est demeuré à la verticale et a coulé lentement. Légèrement blessé, le pilote a évacué le poste de pilotage avant de gonfler le vêtement de flottaison individuel qu’il portait. Le troisième aéronef dans la formation a largué le contenu de son système d’écope alors qu’il poursuivait son décollage, demeurant dans le circuit. Le quatrième aéronef a largué le contenu de son système d’écope, a interrompu son décollage, puis a circulé sur l’eau pour récupérer le pilote en cause. La force d’impact a activé la radiobalise de repérage d’urgence de 406 mégahertz à bord. Toutefois, ce n’est que 6 jours plus tard, lors de la récupération de l’épave, que le système de recherche et de sauvetage par satellite a détecté son signal.


Ressources pour les médias

Communiqué de presse

2016-07-14

Une faible vitesse et une masse élevée au décollage ont contribué au décrochage de l’aile de l’aéronef et à la collision avec le plan d’eau à Chantslar Lake (Colombie-Britannique), en août 2014
Lire le communiqué de presse


Informations d'enquête

Carte de la région




Enquêteur désigné

Photo de Glen Friesen

Depuis qu’il s’est joint au BST en 1999, M. Friesen a assumé les fonctions d’enquêteur désigné au cours de nombreuses enquêtes régionales à propos d’accidents d’avion et d’hélicoptère, ainsi que d’incidents de contrôle de la circulation aérienne. Il a aussi apporté son aide à un grand nombre d’enquêtes et agi à titre de président d’un groupe d’enquête majeure.

Ayant travaillé principalement dans le domaine de l’exploitation d’aéronefs à voilure fixe, il détient actuellement une licence de pilote de ligne – avion et une licence de pilote professionnel – hélicoptère. L’expérience en tant que pilote de M. Friesen va du transport de groupes de chasseurs, de trappeurs et de chiens dans des hydravions et des avions à ski aux vols nolisés et aux vols réguliers dans de gros avions turbopropulsés. Il a aussi de l’expérience en exploitation d’aéroport, ainsi qu'en exécution d’exercices en simulateur pour la formation de contrôleurs de la circulation aérienne.


Photos


  Voir des images en haute résolution sur la page Flickr du BST.

Catégorie de l’enquête

Cette enquête est une enquête de catégorie 3. Dans le cadre de ces enquêtes, on analyse un petit nombre de problèmes de sécurité. Parfois, ces enquêtes donnent lieu à des recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.